fbpx

COVID-19: Les pours et les contres du déconfinement à Saint-Sauveur

dans Nouvelles récentes

Lundi dernier annonçait le déconfinement pour plusieurs secteurs d’activité, entre autres: les soins de santé professionnels et thérapeutiques, les marinas, les campings, certains hébergements, etc.

Bien qu’une grande partie des gens soient pour le déconfinement, certains en appellent plutôt à la prudence et parlent d’une deuxième vague d’infections à venir. Explorons donc les pours et les contres du déconfinement.

Au Québec, lorsqu’on regarde les chiffres du bureau d’enquête du Journal de Montréal, la situation semble sous contrôle, et on semblerait avoir passé le pic dans toutes les régions, incluant les Laurentides (voir article intitulé Le Québec en déconfinement: à quoi ressemble votre région?).

Ce sont de bonnes nouvelles non? Au fait, oui et non. Bien que les chiffres aient été calculés avec des données qui proviennent de l’Institut national de santé publique du Québec et du ministère de la Santé, c’est encore difficile d’extrapoler ce type de résultat à une population entière. Qui plus est, les méthodes de dépistage pour le COVID-19 n’ont pas suivi une méthodologie identique d’une région à l’autre, il faut donc y mettre un bémol.

POUR: La Santé Mentale

Pour certaines personnes, le confinement a été très difficile. On a beaucoup parlé de nos aînés qui sont restés seuls pendant 7 longues semaines, mais il n’y a pas que les aînés qui ont soufferts de solitude. Les grands-parents aussi avaient hâte de voir leurs enfants et leurs petits-enfants… Certains couples ne pouvaient se voir autant qu’ils l’auraient souhaités, et j’en passe.

Il faut penser aux personnes aux prises avec de la violence à la maison. Imaginez avoir un(e) conjoint(e) abusif(ve) et vous devez rester à la maison 24 heures par jour, 7 jours sur 7 sans répit.

Le journal The Guardian publiait le 18 mars une étude faisant lumière sur la relation entre l’isolement et la santé physique. À long terme, l’isolement augmente même le risque de décès prématuré. Selon la Dre Julianne Holt-Lunstad, professeure de psychologie et de neuroscience à l’Université de Bringham Young aux États-Unis, n’a pas constaté qu’une cause de décès était plus répandue qu’une autre. Le risque de toutes les causes de décès – y compris les maladies cardiaques, le cancer, les accidents vasculaires cérébraux, l’insuffisance rénale – a augmenté de l’isolement.

Dhruv Khullar, docteur et chercheur à l’université de Weill Cornell Medecine à New York a indiqué que de courtes périodes d’isolement peuvent provoquer une augmentation de l’anxiété ou de la dépression «en quelques jours».

POUR: Les enfants seraient peu susceptibles de transmettre la COVID-19

Outre la santé mentale, une nouvelle étude scientifique publiée dans la revue Pediatrics ferait état du fait que les enfants sont peu susceptibles de transmettre la COVID-19 à leurs parents, ou à d’autres enfants et ce, même s’ils ont une quantité semblable de virus dans leur voies respiratoires que celle qu’on retrouve chez les adultes.

POUR: Nos très petites entreprises souffrent beaucoup

On le sait très bien, certaines entreprises qui ont fermé leur portes ne rouvriront plus jamais. Nonobstant le manque à gagner après avoir été fermées plusieurs semaines, certaines entreprises devaient continuer de combler certaines dépenses (loyer, électricité, assurances, etc.) sans revenus.

Le gouvernement a annoncé plusieurs programmes, mais la plupart étaient sous forme de prêts ou de reports de paiements, ce qui n’aide pas du tout à combler le manque à gagner. Certains programmes d’aide à la main-d’oeuvre (dont le PACME) ont été épuisé au bout de 6 semaines, laissant plusieurs entreprises à la recherche de solutions.

POUR/CONTRE: Une 2e vague de pandémie n’est pas nécessairement à craindre

Alors qu’en 1918, la deuxième vague de la grippe espagnole avait été la plus meurtrière et que plus de québécois avaient été infectés du virus H1N1 à l’automne plutôt qu’au printemps, certains experts croient que parce que le coronavirus est un virus qui donne le rhume et se transmet davantage l’hiver que l’été, il n’y aurait peut-être pas de 2e vague.

Selon la la Dre Camille Lemieux, responsable de l’aspect médical du centre d’évaluation de COVID-19 du Western Hospital, à Toronto, « Selon moi, pour plusieurs personnes, l’élément le plus confondant est la rapidité avec laquelle la COVID se propage lorsqu’elle prend pied », explique-t-elle.

CONTRE: L’immunité contre la COVID-19 n’est pas garantie si vous l’avez eu

Alors que certains pays se préparent à imposer un passeport immunitaire pour identifier les citoyens qui ont récupéré de la COVID-19, l’OMS continue de mettre en garde ceux qui pensent que parce qu’ils ont eu la COVID-19, ils sont immunisés. La mise en garde de l’OMS est un rappel aux gouvernements quant à l’importance d’agir avec prudence, parce qu’on ne comprend pas tous les mécanismes de l’immunité avec la COVID-19.

Et vous, avez-vous d’autres CONTRES le déconfinement?

Comment s’en tirer en maximisant ses chances lors du déconfinement:

  • Suivez les règles de distanciation sociale en tout temps et restez à la maison lorsque possible
  • Lavez-vous les mains pendant au moins 20 secondes le plus souvent possible
  • Portez un masque si vous sortez quelque part où la distanciation sociale est plus difficile (à l’épicerie ou dans les transports en commun par exemple)
  • Parlez souvent aux gens que vous savez plus vulnérables. Ils ont besoin de se sentir connectés.

 

Voici d’autres articles pour agrémenter votre lecture:

Pour éviter une épidémie… de solitude

‘’Social recession’’: how social isolation can affect physical and mental health

Les enfants «moins susceptibles» de transmettre le virus

Faut-il crainder une 2e vague de la COVID-19 plus virulente?

Une deuxième vague de COVID-19 inévitable au Canada

Identifier les survivants de la COVID-19 et les exempter de confinement, une bonne idée?

Rien ne garantit encore que les personnes guéries sont immunisées, avertit l’OMS

 

 

Dernier article par

Aller à Haut